Vallon du Laverq

Pano Cairm

Le vallon du Laverq est une petite vallée du département des Alpes-de-Haute-Provence, parcouru par une rivière : le Riou de la Blanche, affluent de l’Ubaye.


 pano flou lac vertToponymie

Selon la tradition, le mot de Laverq viendrait de « lac vert ». La morphologie du terrain rend cette étymologie viable : il y aurait eu autrefois un éboulement de terrain considérable en aval de l’Abbaye, en face du Pré des Vaches.

Le torrent n’ayant pas d’issue formait alors un lac dans lequel se reflétaient les prairies et les bois de l’ubac, donnant l’illusion d’une eau verte. Peu à peu, le Riou de la Blanche a rongé le terrain et s’est fait un passage.

Cette rivière porte un nom dû aux neiges éternelles et aux glaciers qui alimentent la rivière.

 

 


 

Histoire

On y trouve les ruines d’un monastère du XIIe siècle : l’abbaye de Laverq (qui a donné son nom au vallon), au pied de la Petite Séolane.

monastere 2 monastere

Le prieuré du Laverq, qui comprenait un monastère et un noviciat pour former de jeunes religieux, fut fondé en 1135 par des moines de Chalais (Isère).

Cet ordre Bénédictain réformé, proche des cisterciens, a engendré treize abbayes et prieurés entre le Dauphinée et la Provence (dont celle de Boscodon), qui recherchaient la solitude des montagnes.

Leur économie monastique était fondée sur l’exploitation de la foret et l’élevage, sans doute la transhumance grâce au réseau de leurs monastères. Les moines s’occupaient aussi de paroisses, comme celles des Molanès.

Détruit en 1354 par un incendie, le prieuré du Laverq fur remplacé au 15e siècle par une chapelle de pénitents, d’édiée à Notre Dame de Grâce, qui elle même s’écroula. Ses Pans de mur nord et est, réapparus en 1968 lors de la création de la piste du Laverq, témoignent de cette architecture.

La statue de la Vierge à l’enfant de cette chapelle, en bois et plâtre a pris place dans l’ancienne fenêtre romane en tuf.


 Des traces du passage des glaciers

Menhir1Plus haut dans le vallon l’on peut observer ce que le mouvement des glaciers a façonné:

un paysage hors du commun comme cette dalle « menhir » cité dans les livres de Bernard Ranc.

 

 

 

 

 

 


Pour aller plus loin….


saint benoit vignetteL’ordre des Bénédictins

La règle de saint Benoît est une règle monastique écrite par Benoît de Nursie pour guider ses disciples dans la vie monastique communautaire (cénobitisme = cénobites koinos qui signifie « en commun » et bios qui signifie « vie »).

Les moines sont présents dans les religions catholique, orthodoxe, anglicane, luthérienne, protestante, jaïne, bouddhiste, taoïste et hindoue.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.